Communication non violente: clé de l’harmonie?

Dans vos échanges au quotidien, vous êtes tellement occupés à savoir qui a tort et qui a raison que vous passez à côté d’un vrai dialogue? Souvent ça dégénère en disputes qui tournent en rond, et vous paraissent sans issue? Pire: ça commence même à l’intérieur de vous avec un juge intérieur sans merci « mais pourquoi tu as dit ça? tu es vraiment nulle ».

Avec soi ou avec les autres, on a été éduqués dans un système qui met en avant le jugement et qui ne nous a pas habitués à poser les bases d’un dialogue harmonieux. Cette façon de « communiquer » génère beaucoup de violence, de stress et de souffrance au quotidien.

  Vous démarrez ici? Vous voudrez sans doute visionner ma vidéo ou je dévoile les 5 secrets pour se sentir épanoui(e) dans une belle peau. Dites moi à quelle adresse je peux vous l'envoyer, c'est cadeau :)

Dans cet article je vous présente la communication non violente, un outil qui permet de se défaire de ses habitudes pour accéder à une coopération mutuelle et à s’extraire de ce besoin de domination dans notre manière de communiquer.

 

communication bienveillante

Qu’est-ce que la communication non violente?

C’est un modèle de communication qui a été inspiré par Ghandi et théorisé par Marshall B. Rosenberg, qui permet d’établir les bases d’un dialogue harmonieux, en instaurant une écoute et une bienveillance mutuelle au coeur du dialogue.

Maîtriser cet outil permet de nous éloigner de ce système dualiste ou soit les choses sont bonnes, soit elles sont mauvaises, soit on a raison, soit on a tort, et de nous détacher ces jugements incessants qui coupent l’herbe sous le pied au dialogue.

Cette façon de communiquer permet de se libérer de nos conditionnements culturels, et invite chacun à prendre la responsabilité de ses ressentis. On accède alors à des relations authentiques, à commencer par nous mêmes. C’est un formidable outil pour écouter sincèrement ce que l’autre a à nous dire, et se faire entendre sans hausser le ton. On évite ainsi cette « escalade » typique des conversations  où le ton monte jusqu’à l’explosion.

Le titre du livre de Marshall B. Rosenberg,  les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs),  parle de lui-même. La lecture de cette bible de la communication non violente peut transformer votre regard sur le monde et la qualité de vos relations dans toutes les sphères de votre vie.

cnv marshall B rosenberg

                       Image: Fnac.com

1) Comment communiquer avec bienveillance?

Enlever ce « tu » qui tue

Combien de fois on commence une phrase par ce « tu » qui tue: « Tu me stresses, tu m’énerves, tu m’inquiètes, tu me fais peur ». Le fameux « tu » accusateur qui nous déresponsabilise complètement. En attribuant à l’autre un ressenti qui nous est propre, on ôte le focus sur soi et on vient braquer le projecteur sur l’autre, évitant ce regard inconfortable vers nous.

Juger qu’il est temps d’arrêter de juger

«Le jugement est comme une drogue. Il anesthésie notre sentiment d’inconfort profond, né de souffrances anciennes que nous ne voulons surtout pas reconnaître ni identifier». Gabrielle Bernstein

 

Soyons honnêtes, on passe le plus clair de notre temps à juger. C’est même un moyen qu’on a trouvé de tisser du lien, de meubler des silences gênants ou d’avoir un sujet de discussion consensuel.

 

jugement communication non violente

 

La communication non violente nous invite à observer simplement sans jugement une situation, à la manière d’une caméra qui serait en train de filmer la scène. C’est la première étape à appliquer avant de tourner son regard vers l’intérieur et observer nos sentiments face à cette scène.

Bien sûr la question terrifiante qui se dégage de tout le processus est « quelle personne je vais devenir si je ne juge plus? » On a été tellement habitués à juger depuis notre enfance qu’on a l’impression que ça fait partie de notre identité. Il n’en est rien.

 

Dire ce qui est vivant en soi

Tout ce qu’on peut faire finalement, c’est dire ce qui se passe en nous à un instant donné, que ce soit de la colère ou de la joie. Puisque dans la communication non violente aucun sentiment n’est meilleur qu’un autre. On est légitime à ressentir ce qu’on ressent parce qu’on est un être humain vivant, tout simplement.

 

« Derrière tout critique, il y a l’expression tragique d’un besoin insatisfait. » Marshall Rosenberg

 

Prendre conscience de ses besoins

On n’a pas été éduqués à identifier nos besoins, et encore moins à les exprimer. Il y a un tel amas de préjugés autour des besoins d’un individu, qui voudraient qu’on soit égoïste, nombriliste même,  si on a la malheur de parler de ce qui se passe en nous. On entend déjà cette petite voix démarrer au quart de tour « tu t’écoutes trop, tu penses qu’à toi, tu (complétez avec ce qui se passe dans votre tête) ». Le fait est que, même si on les ignore, ces besoins existent, et que les passer sous silence incite à projeter avec violence sur l’autre le poids de leur insatisfaction.

 

A partir du moment où les gens parlent de leurs besoins plutôt que des torts des autres, il devient beaucoup plus facile de trouver des moyens de satisfaire tout le monde. – Marshall Rosenberg

harmonie couple

Des besoins universels

Chaque être est un échantillon d’humanité, et comme tout humain, nous avons  des besoins. Loin de nous couper des autres, parvenir à identifier les nôtres nous aidera au contraire à développer l’empathie, et à être prêt à entendre à notre tour les besoins formulés par les autres.

Une des premières phases de cet apprentissage est de connaître et identifier les besoins propres à tout humain: besoin de sécurité, besoin de repos, besoin d’autonomie, besoin d’appartenance, besoin de reconnaissance.

Pour satisfaire pleinement votre besoin de repos, qu’il n’est pas question de sacrifier, n’oubliez pas de lire l’article Comment avoir un bon sommeil?

 

 Une approche en quatre temps.

  1. Formuler une observation objective de la situation (comme une caméra)
  2. Rentrer en soi et sonder nos propres sentiments pour les exprimer à l’autre en utilisant le « je »
  3. Expression de notre besoin, qui se cache derrière le sentiment, toujours avec le je.
  4. Formulation d’une demande concrète, précise, réalisable dans le temps, en maintenant le dialogue ouvert. Il ne s’agit pas d’une exigence mais bien d’une proposition d’action.

 

Exemple: Quand je vois qu’il est 9H30 alors que nous avions rendez-vous à 9H, je me sens en colère, parce que j’ai besoin de respect. Pour notre prochain rdv mardi je vous demande d’arriver à 9H- et non plus- Vous êtes en retard, vous n’êtes pas du tout professionnel et vous me faites perdre ma journée.

 

arrêter de se juger

2)Utiliser la communication non violente en soi

 

Apaiser notre dynamique intérieure

Commencer par appliquer la communication non violente dans cet espace en soi est extrêmement apaisant. Cela réduit le stress, on parvient à tisser un lien plus authentique à soi, on arrête de se raconter des histoires et de reporter nos frustrations sur l’autre en miroir. On comprend alors que l’autre est toujours une fenêtre sur soi.

Le fait de se responsabiliser pleinement vis à vis de nos sentiments nous délivre d’attentes qu’on pourrait avoir vis à vis des autres. En clair, c’est libérateur. Pour tout le monde. On peut utiliser l‘hygiène émotionnelle pour libérer facilement ses émotions.

 

S’accepter sans se juger

Une des grandes découvertes que ça a été pour moi a été de me connecter à une partie de moi qui observe sans juger ce qui se passe. Une partie de moi capable de prendre de la hauteur. En clair, je me suis mise à me traiter moi-même comme une épouse aimante.

N’oublions pas que les jugements intérieurs qu’on entretient limitent aussi notre potentiel, ils nous coupent l’herbe sous le pied. La peur paralysante du jugement des autres peut aussi être un frein: pour notre épanouissement, notre carrière, notre vie familiale ou amoureuse.

 

« Juger nous coupe de l’amour et nous isole profondément. » Gabrielle Bernestein

 

comment arrêter de juger

3)Bienfaits de la communication non violente avec les autres

Dès lors qu’on ne fait plus porter à l’autre le poids de nos sentiments, les choses deviennent bien plus simples. La discussion peut s’amorcer sur des bases plus saines et inviter chacun à prendre la parole sans crainte. Il n’y a plus de domination parce que chacun est au même niveau.

Cet outil est utilisé pour désamorcer des conflits dans le monde entier par les négociateurs. Je suis souvent fascinée par sa capacité à résoudre un conflit avant même qu’il ne commence.

 

Développer le sens de l’empathie

L’empathie permet de ressentir sincèrement et d’entendre le sentiment de l’autre, mais cela ne veut pas dire qu’on doit en assumer la charge.  Avoir une attitude empathique, c’est être capable d’offrir cet espace d’écoute bienveillante qui reconnait les sentiments de l’autre, au sens où ils sont réels et qu’il a le droit de les ressentir.

Ces propos de l’auteur Elizabeth Gilbert recueillis dans une interview illustrent parfaitement le concept d’empathie, sans pour autant laisser le besoin de l’autre nous détourner du nôtre.

 

 » Honorer l’énergie limitée dont vous disposez c’est, entres autres, être capable d’autoriser l’autre à camper sur sa déception, de l’observer, et même de la ressentir. Puis de dire: je reconnais que c’est une déception pour toi, je t’accorderai ça, parce que j’ai besoin de me tenir à ce que je t’ai dit.

Parce que je ne serai pas là éternellement, et il y a des trucs que j’ai envie de faire, et des sentiments que je veux éprouver. Et si je ne suis pas en train de faire ces trucs, ou de vivre ces sentiments, alors il faut que je lm’y mette maintenant. »

Elizabeth Gilbert

 

bien communiquer avec la cnv

                   Cet article vous a plu?                                    Epinglez le sur Pinterest!

 

J’espère que cet article vous donnera envie de vous mettre à la communication non violente, pour rétablir l’harmonie en vous et autour de vous. Maintenant que vous saurez comment disposer de plus de temps pour vous vous pourrez satisfaire votre besoin de détente en vous offrant un bain de pieds au sel ou en sortant faire une séance de marche afghane.

Bien sûr il s’agit d’un apprentissage de tous les jours et d’une gymnastique à entretenir pour ne pas retomber dans nos anciens schémas mentaux.

Est-ce que vous utilisez déjà la communication non violente? Comment elle a transformé votre vie? Hâte de vous lire.

A très vite

communication non violente

Camille
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

Habiter sa peau